Traduction par Triopx1

Phoenix Leather

1966 | 178 cm | 89 kg

Phoenix (US)

Bonjour les lecteurs. Aujourd’hui on a quelque chose de différent par rapport à notre programme habituel. Je suis avec Phoenix Leather, un mec de l’ancienne génération de fétichiste du cuire en quelque sorte. Dis-nous Phoenix, comment as-tu été introduit au monde du fetish ?

My introduction into the fetish community began at an early age of around 9 when playing with the other young boys. We would tie each other up and enclose ourselves into plastic garbage bags and suck dick and eat ass.

J’adorais cette sensation d’être en sueur et d’avoir notre odeur corporelle piégée avec nous sous le sac.

A 9 ans ? Wow, un précoce 🙂 T’avais déjà réalisé à l’époque que tes intérêts diffèrent de ceux de la plupart des gens ? Et qu’en est-il de ton côté dominant ? C’est aussi quelque chose qui s’est construit dès ton plus jeune âge ?

J’avais une éducation militaire. J’étais entouré d’hyper masculinité. Je me souviens que je mattais les mecs à la piscine ou dans les catalogues à la page des sous-vêtements. J’ai toujours eu un truc pour les mecs plus vieux, du coup j’étais plutôt dans une position de boi/passif au départ.

J’ai toujours aimé que les choses soient carrées et j’ai été élevé avec de la discipline… du coup ces aspects ont fait surface plus tard dans ma vie.

Surtout quand j’étais frustré de ne pas avoir ce que je voulais sexuellement. Du coup, prendre le contrôle était le meilleur moyen de m’assurer d’avoir ce que je voulais. Enfin quand j’étais jeune c’était plutôt de la manipulation que de la dominance. La vraie dominance émane de la confiance en soi. Et ça, ça prend du temps.

Qu’est-ce que tu as commencé par vouloir sexuellement ? Et qu’est-ce que tu aimes ?

Sexuellement, j’aime un mec qui est prêt à tester de nouvelles choses. Je déteste qu’on me dise non.

On négocie une scène, alors tu t’y engages. On passe à côté de tellement de bonnes expériences à cause de la peur.

Je veux que mon soumis/esclave se libère totalement à moi. Notre organe sexuel le plus important c’est le cerveau.

Utiliser des accessoires et des outils, aussi bien qu’un engagement sexuel, rassemble le corps et l’esprit.

J’adore voir mon soumis/esclave gémir et se tortiller. Pour ensuite le plonger dans un état de calme profond et satisfaction. Il y une concentration intense qui accompagne le BDSM… et cette concentration est enivrante.

C’est vrai. On ne peut qu’en vouloir plus 🙂 A présent tu as surement eu le temps de gagner en expérience et en confiance en toi. Ton style de domination a-t-il évolué lui aussi ? Quels sont les différences notables ?

Je vis une relation 24h/24 7j/7 avec mon mari et esclave. Mon côté dominant a bien mûri.

Je me reconnais plus dans le style Old School. J’aime bien les protocoles, les règles strictes et la discipline qui s’y rattache.

Mon esclave se rappelle en permanence que je le possède. Il a des règles très strictes qui sont renforcées lorsqu’elles sont négligées.

On m’approche quotidiennement sur les réseaux sociaux, par des boi/soumis/esclave qui recherchent quelque chose. Certains captent mon attention, et j’ai déjà réfléchis à former ma Leather Family. 

On n’a aucun problème ou soucis étant donné que tout est inscrit dans notre contrat.

Lorsqu’un esclave a besoin de parler de quelque chose, je fourni un espace safe pour ce faire, sans le protocole. Une fois le problème résolu, c’est fini. Il n’y a pas de pause pour me servir et il n’a aucune échappatoire de MOI. Je lui rappelle souvent, par différents moyens, qu’il m’appartient. 

Tu as mentionné une Leather Family. Qu’est-ce que cela signifie pour toi ? Et quelle importance a le cuir pour toi ?

Une Leather Family c’est un groupe de personnes qui sont dans le même état d’esprit autour d’un intérêt ou un objectif commun. Chaque membre supporte et contribue au développement de chacun et du groupe en lui-même. La communication est la clé d’un échange de pouvoir réussi.

Ensuite, c’est être fidèle à sa parole. Le cuir c’est une pratique saine, sécurisée et consensuelle. C’est une fraternité formée d’individu ayant la même manière de penser, qui permet de créer un espace safe, propice à une soumission optimale et qui permet au Dom d’exprimer librement Son désir.

As-tu des conseils pour un débutant qui souhaite essayer la domination et le contrôle de quelqu’un ? A quoi doit-on penser et porter attention ?

Ne jamais donner son consentement pour une scène avec quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré et où il n’y a pas d’échappatoir. Préviens toujours la personne de où tu es/vas et donne lui un moment précis où tu vas revenir quand tu auras fini. Le monde du BDSM est un monde merveilleux, plein d’émotions, spiritualité et d’énergie sexuelle. Vas-y doucement, construit de la confiance… et surtout, éclate-toi.

Leave a Reply

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahren Sie mehr darüber, wie Ihre Kommentardaten verarbeitet werden .