ecrit par slave rené
(traduction: triopx1 | illustration: theoblaze)

Il y a 10 ans environ, j’ai vu une vidéo chez un ami, d’une vraie castration d’un esclave gay. Depuis, j’ai seulement entendu des rumeurs de cette pratique dans la scène BDSM. J’étais choqué au départ bien sûr, qu’il y ait des personnes qui iraient AUSSI loin dans une relation.

On avance de quelques années au 2 septembre 2005. Depuis ce jour-là, je suis moi-même eunuque. Mon Maître m’a supporté dans cette aventure et m’a donné sa bénédiction pour le faire. Je l’ai réalisé à Antwerpen, chez un mec qui est connu dans la scène et qui a un studio d’opération professionnel. Mon chirurgien avait deux assistantes, qui de bases sont deux dominatrices dans leur propre studio. La castration s’est faite vers 9h du matin avec un anesthésiant local à base de xylocaïne, disponible sans ordonnance. L’opération a été documenté par des photos.

La nuit et le matin avant je n’arrêtais pas de vomir. Je pouvais à peine marcher, mes jambes étaient faibles, j’étais si terrifié. Et puis j’étais très triste que mon Maître ne pouvait pas être avec moi étant donné qu’il n’a pas pu poser de congés.

Comment j’ai pu aller aussi loin ?

Déjà, je dois dire que je suis une personne très romantique.

Me soumettre totalement à mon Maître et sa masculinité, remplissait mon âme de romantisme. Pour mon Maître comme pour moi, c’était un moment inoubliable que de lui offrir mes couilles, le signe de ma masculinité, dans un bocal comme un cadeau.

Mon Maître n’aurait jamais explicitement ordonné cet acte, même s’il aimait me menacer avec. L’intention et l’envie de vivre comme un eunuque a pris de plus en plus d’importance dans mon esprit. Se laisser utiliser sans avoir aucune pulsion sexuelle, se débarrasser de sa propre masculinité et sexualité, et de se réveiller et d’être automatiquement subordonné à son Maître, faisant une parfaite différence dans la relation MAÎTRE-soumis, d’être clairement le plus faible dans la relation, ne pas être distrait par sa propre sexualité, d’être chaste même dans ses pensées… ça et bien plus de réflexions m’ont poussé dans ma décision.

Savoir que je sers un Maître qui m’aime et qui prendrait du plaisir à avoir un eunuque comme soumis m’a encouragé et m’a donné la force de rendre cette fantaisie réalité. Pour mon Maître c’est bien évidemment une expérience intéressante, car pas tout le monde ne possède un réel eunuque. Et si mon Maître veut me frapper les couilles… et bien il existe plein d’esclave avec des couilles, il trouverait rapidement.

Mon Maître voit le côté pratique les avantages qu’apportent un eunuque. Il n’y a pas d’insatisfaction sexuelle, il n’y a plus rien à entretenir de ce point de vue.

Les rôles ont été beaucoup plus clair

L’esclave n’est plus un vrai homme (mon Maître adore ça). L’esclave est devenu plus calme, patient et plus équilibré. Avant, mon Maître adorait me mettre en chasteté. Tout l’aspect hormonal a souvent fait de moi un esclave difficile, insatisfait et compliqué. Tout ça c’est du passé maintenant.

En principe, nous les Hommes on a connaissance de la castration de par les animaux. Ils deviennent plus calmes, plus affectueux et son plus facile à entretenir. Dans le temps, on utilisait aussi la castration sur les esclaves hostile (des butins de guerre par exemple) pour les transformer en de nobles esclaves eunuques. Je ne suis pas en train de dire que je n’étais pas un esclave loyal envers mon Maître, je le suis, je l’aime après tout.

Si mon Maître souhaite un esclave en érection, il a ses petites astuces pour m’exciter. Et s’il ne veut pas perdre de temps, le viagra fera l’affaire. Un eunuque peut être contrôlé de la sorte sans aucun problème.

Je ne pense pas que tous les esclaves soient faits pour devenir eunuques. C’est sûrement une exception le fait que ça fonctionne aussi bien pour moi. Il y a des eunuques qui passent par d’importants épisodes de dépression, ne sont pas heureux et regrettent leur castration. Seulement c’est trop tard. Le faire pour ton Maître peut être une douce attention et un super cadeau c’est sûr, mais il faut le vouloir soi-même. Peut-être qu’il faut posséder, même une portion minime, de prédisposition, pour “naître” eunuque. Et puis, je dois dire :

Il n’y a pas seulement des avantages

Les eunuques sont plus sensibles et pleurent plus facilement. Ils peuvent devenir très collants et câlin. Leur développement s’accompagne de surprises qui ne sont pas toujours un plaisir pour le Maître. Mon Maître me laisse assez tranquille sur ce point, il me ralentit juste lorsque je commence à partir trop loin trop vite. Le manque d’hormones et de pulsion sexuelle va rediriger, voire énormément élargir les intérêts, que ce soit sensuellement, au niveau des croyances, intellectuellement ou dans des aspects de la vie de tous les jours. Certain vont avoir tendance à tendre vers une féminisation. Le Maître va devoir surveiller son soumis pour qu’il ne va pas trop loin et ce pour son propre bien. Autrement, c’est possible que l’esclave change subitement son comportement.

Les eunuques sont plus sensibles, leurs sens sont aiguisés d’une manière différente, ce qui n’est pas forcément un désavantage.

Le développement d’un eunuque dépend plus ou moins de la vigilance et le pouvoir de son Maître. Un esclave sans couilles obéit assez facilement, cela réside sûrement dans la nature même d’un mâle castré.

Il faudrait également laisser un eunuque pratiquer du sport, pour le garder en forme, étant donné que le manque d’hormones peut rendre cette partie plus difficile.

Un encouragement intellectuel peut également aider un eunuque. Toute l’énergie débordante et le temps libre d’un eunuque peut être utilisé de manière utile. Mon Maître m’a par exemple laissé passer une formation pour devenir masseur, et d’aller à l’auto-école pour mon permis.

Personnellement, j’aime bien me la péter de mon statut d’eunuque

Tout le monde dans mon entourage, que ce soit des mecs SM ou non, sait que je suis un eunuque. Ce sentiment d’”inférieur au genre masculin” convient parfaitement à mon côté soumis. J’en suis très satisfait et je ne le regrette pas. Le manque de couilles et de testostérone ne me fait pas sentir mal dans ma peau, je me sens plus indépendant, un genre créé artificiellement. J’ai partiellement assisté de manière consciente à mon opération. Lorsque mon second testicule a été retirée, je me suis senti soulagé et unique d’une certaine manière. Je considère ça comme un bénéfice dans ma vie de soumis. Cela m’a rapproché de mon Maître. Un eunuque s’entend bien avec d’autres esclaves. Je ne sais pas ce que ça donnera avec d’autres eunuques, je n’ai pas eu de telles expériences pour le moment. J’imagine que mon Maître ne veut pas posséder d’autres eunuques à part moi, un seul doit lui suffire.  C’est trop exotique pour lui sinon 😉

Une petite explication rapide de comment je ressens ma sexualité

Je ne pense seulement au sexe quand on me guide vers ces pensées. Ça n’a jamais été le cas par mes propres pulsions. Je ne pense pas qu’un eunuque perd totalement sa libido, mais plutôt qu’il faut plus de stimulation pour la réveiller. Des stimulations qui avant été transmises par la testostérone. Le sexe commence au cerveau après tout, à travers des neurotransmetteurs et des récepteurs, c’est ce qui cause un certain stimulus et le transmet au reste du corps qui va ensuite réagir.

Mon Maître Ferdok sait très bien par exemple que son esclave à un côté masochiste et il peut le stimuler par des endorphines, qui remplace le rôle de la testostérone manquante.

Il peut également être excité par des stimulations externes, comme par exemple par des services sexuels à réaliser pour son Maître. Ça peut ne pas toujours marcher ou prendre plus de temps que normalement, mais en général ce n’est pas si important pour un esclave eunuque. Ah et au fait, je n’ai eu aucune réduction depuis ma castration, mais j’ai entendu que c’était possible pour certains.

Pour résumer

Un eunuque perd ses pulsions mais pas sa libido. Il peut ressentir l’excitation et des érections, peut-être même des orgasmes (je ne peux pas encore le confirmer pour moi par contre).

Ok, je pense que j’ai tout dit. Il est temps de passer à autre chose. Après tout c’est Pâques et je dois me concentrer pour retrouver des “œufs”.

Leave a Reply

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahren Sie mehr darüber, wie Ihre Kommentardaten verarbeitet werden .